Ajouter aux favoris

Un héritage volcanique

Une success-story auvergnate !

Car oui, c’est bien vrai ! Extraite depuis le XIIIème siècle, la pierre de Volvic (aussi appelée trachy-andésite) est bien d’origine volcanique. Elle provient de la coulée de lave du Puy de la Nugère, datée d’environ 11 000 ans et située près de Volvic. Mais question : pourquoi seulement de ce volcan là  ? Et bien en raison de la complexité de ce volcan pas comme les autres qui a connu de nombreuses explosions successives. C’est observant ses coulées que le géologue Jean-Etienne Guettard, en 1751, comprend la nature volcanique de la Chaîne des Puys, alors considérée seulement comme une suite de collines. Et, cerise sur le volcan, le Puy de la Nugère est aussi à l’origine de la célèbre eau minérale naturelle de Volvic !

L’histoire de M. Legay-Chevalier à la Grotte de la Pierre

Issue de l’éruption du Puy de la Nugère il y a 11 000 ans environ, la Grotte de la Pierre et sa scénovision vous révèlent l’histoire de la Pierre de Volvic. On pénètre ici à l’intérieur d’une coulée de lave et on se laisse conter l’histoire des carriers et de la pierre de lave en revivant l’histoire de M. Legay-Chevalier. Exploitant de pierre, il s’agit d’un personnage emblématique de la cité de Volvic. 

 

Un matériau exceptionnel

Pour en revenir à la pierre de Volvic en elle-même, sachez qu’elle possède de nombreuses qualités ! C’est pour cela qu’on la retrouve souvent dans les villes et villages du département, affichées sur les édifices religieux, les fontaines ou sur les hôtels particuliers les plus prestigieux. Résistante à l’eau, au gel et aux produits chimiques, elle sera utilisée dans l’architecture locale dès le XIIème siècle. Elle accède au vedettariat longtemps après, au début du XIXème siècle, sous l’impulsion du Comte Chabrol de Volvic, préfet de la Seine sous Napoléon 1er. Grâce à lui les plaques de rue et autres pavements Parisiens se parent de cette pierre de lave.  

Véritable marqueur identitaire on retrouve son inimitable teinte gris-noir sur d’innombrables édifices et bâtiments en Terra Volcana. On vous invite à en découvrir quelques-uns ici avant de venir les voir en vrai !

Quand nos artisans s’en mêlent…

Cela donne une mosaïque d’œuvres vraiment uniques !  Ici ce sont les sculpteurs et tailleurs sur pierre qui l’ont adoptée, lui donnant ses lettres de noblesses dans les cours intérieures de l’Hôtel Guymoneau à Riom ou sur les nombreuses fontaines volvicoises. Là ce sont les émailleurs sur lave, dont Nicole Guillien à Artonne, qui l’ont apprivoisée, profitant de sa résistance aux fortes températures.

Cette technique artistique demande en effet un chauffage à une température moyenne de 960°C. Poussez leurs portes pour en savoir plus et vous y retrouverez des passionnés qui ont la « Volcanic attitude » comme le dit Thierry Courtadon, l’un de ceux qui ont le mieux dompté ce matériau exceptionnel. La preuve avec son exposition Land’art permanente « Conjuguer la nature » à admirer autour de Volvic.

 

L’exposition permanente Conjuguer la nature

Quoi de plus beau qu’un mariage entre art et nature ? Et si on demandait à Thierry Courtadon ce qu’il en pense ? Il nous parlerait sans doute de Conjuguer la nature ! Vous pensiez vraiment que la pierre de lave de Volvic était seulement noire ? Avec l’exposition de ses œuvres d’art monumentales disséminées au sein d’un décor 100% nature et classé UNESCO, l’artiste-sculpteur vous prouve le contraire.

Le Land’Art en Terra Volcana

Remontez aux origines de cette pierre si particulière. Plongez dans un univers singulier, où la beauté naturelle de la chaîne des Puys se mêle au sublime de l’homme. C’est ce voyage, quasi initiatique, qui vous est proposé via le parcours de découverte des 7 sculptures de l’artiste.

Chacune d’elles transcende le paysage et dévoile aux passants, randonneurs, sportifs … un peu de l’imaginaire de l’artiste. Comme pour suspendre le temps et amener à la découverte d’un territoire surprenant, ces créations surgissent de terre. 

Toutes ces œuvres sont facilement accessibles. A pied, au travers de nos chemins de randonnées ou en voiture, on s’étonne de ces œuvres monumentales aux noms évocateurs !

Le mot de l’artiste sur chaque Œuvre

Sculpture « Contempler » à Chanat-la-Mouteyre

« La matière m’absorbe me donnant cette vue d’ensemble que m’offre la nature, l’étendue d’une région, d’un pays… L’état contemplatif offre à l’âme une proximité avec la nature… »

 

Sculpture « Rassembler » à Volvic, Viallard

(actuellement non visible sur site)

« Jouer avec l’horizon, il sert de repère pour situer un rêve céleste dans l’espace, une fragmentation constituée par les éléments du paysage terrestre qui se détachent du ciel. Dans le cas où l’horizon manque, on le remplace par un songe minéral… »

78 éléments imbriqués, 520 x 300 x 12 cm / 2 700 kg

Sculpture « Ressurgir » dans le Parc Thermal de Châtel-Guyon

(actuellement non visible sur site)

« Nous devions nous attendre un jour ou l’autre à l’une de ces résurgences où la lave perdue réapparaît tout à coup à la lumière du jour, où les forces devenues souterraines brisent la paroi de l’imagination… »

14 éléments monolithes de 40 x 50 x 100 cm à 40 x 60 x 210 cm de 180 à 700 kg par élément.

Sculpture « Compresser » à Pulvérières, arboretum

« Une poussée, une émission violente de matières venues des profondeurs à la surface de la terre, produisant d’une façon soudaine un sentiment vivant… »

Sculpture « Suspendre » à Charbonnières-les-Varennes, Veygoux

« En développant la même courbe liquide, touchant le vide et en s’y abîmant, je déploie dans sa longueur, dans sa largeur, même dans le temps, cette matière qui me donne le pouvoir d’étendre mes rêves… »

 

Sculpture « Chuchoter », à Saint-Ours-les-Roches, Beauregard

« Le bruit humain se fait, la nature fait jaser les volcans, chuchoter les paysages et murmurer les mille voix du silence… »

Sculpture « Ondoyer » à Sayat, ruisseau du Bédat

« Écrire au gré de l’eau l’impulsion d’une matière donnant des lignes souples dont les courbes rappellent le mouvement des ondes romantiques… »

Thierry COURTADON ? Un enfant de la pierre de Volvic

Dans le sillage de son grand-père Fernand puis de son père Jean-Louis, tous deux tailleurs de pierre, Thierry a pris le temps de maîtriser son art. De la base, le monument, à l’expression artistique, la sculpture, il donne vie à un univers unique avec la Pierre de Volvic. Il a été le premier à faire de cette pierre de la dentelle, à lui offrir l’impossible mouvement, à la rendre aérienne et lumineuse.
Sollicité par des entreprises et des particuliers à travers le monde, il est sans cesse en quête de nouveaux équilibres et de nouvelles performances.
À travers cette première exposition Land’Art, l’artiste prend une nouvelle direction. Thierry Courtadon sublime ainsi chaque élément d’un paysage qui le porte, le pousse, l’inspire…

 

Tailleur de pierre Thierry Courtadon, Volvic

Ses principales références :

  • 1998 : sculpture monumentale, Mairie de Cournon d’Auvergne
  • 2000 : Bibendum Michelin, Usine Michelin, Clermont-Ferrand
  • 2003 : sculpture lampe japonaise, Tokyo
  • 2006 : sculpture monumentale, Hypermarché Carrefour de Riom
  • 2007 : exposition Musée Marcel Sahut, Volvic
  • 2008 : sculpture monumentale, Supermarché E.Leclerc à Enval
  • 2010 : sculpture dentelle, Rio de Janeiro (Brésil)
  • 2012 : sculpture monumentale, Riom
  • 2013 : exposition « Thierry Courtadon va se faire voir ! », Conseil général du Puy de Dôme
  • 2015 : exposition « Une Pierre dans mon Jardin », Jardin du Palais Royal, Paris
  • 2016 : exposition « Une Pierre dans mon Jardin, expérience 2 », Parc d’attraction Vulcania, Puy-de-Dôme
  • 2016 : exposition Land’Art « Conjuguer la Nature », Riom Limagne et Volcans