Commune de Volvic

Commune de Volvic

Patrimoine mondial UNESCO Site clunisien

Volvic, située au cœur d'un paysage façonné par les éruptions volcaniques, est renommée pour sa pierre et son eau minérale. À travers l'histoire de cette cité de carriers-vignerons, partez à la découverte d'un environnement exceptionnel.

Description

Au pied du puy de la Bannière, la commune de Volvic "l'eau, la pierre, la vie", 5 000 habitants, s'étend sur 30 km² qui offrent une grande diversité de paysages. Elle est idéalement située à l'entrée du Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne, à une altitude moyenne de 500 mètres, et à proximité de nombreux sites touristiques majeurs : Puy de Dôme, Vulcania, Volcan de Lemptégy, Gour de Tazenat (lac de cratère) ...
Volvic bénéficie de richesses naturelles remarquables et d'une histoire géologique passionnante, au cœur de la Chaîne des puys et de la faille de Limagne, site officiel au Patrimoine mondial de l'UNESCO.
Renommée pour sa pierre et son eau minérale, cette cité de carriers vignerons mérite que l'on s'attarde à la découverte d'un patrimoine et d'une environnement exceptionnels. Volvic avec son bourg et ses 17 villages offre tout au long de l'année une vraie qualité de vie et des animations pour tous.

VOLVIC, PRIEURÉ CLUNISIEN
Volvic rentre dans l'histoire au Vè siècle par des écrits de Sidoine Apollinaire (évêque de Clermont 430-489). En 665, Priest devient le 28è évêque après Saint Austremoine, il fonda de nombreux monastères dont celui de Marsat. À sa mort en 674, son successeur Avil II décide de construire un oratoire autour de son tombeau. De nombreux miracles attirent les pèlerins à Volvic, un monastère de 20 à 30 moines bénédictins richement doté est construit près de l'église. Godon est nommé abbé (parent de Priest).

L'importance du culte à Saint Priest permet le développement de la cité, une enceinte de 5 hectares forme l'enclos monastique. Le transfert des reliques de Saint Austremoine d'Issoire à Volvic se fera en présence de Roalde, abbé du monastère de Volvic. Volvic devient un haut lieu de pèlerinage avec les reliques de Saint Austremoine. En 723, l'abbé de Volvic devient un dignitaire du clergé d'Auvergne, il fut envoyé à Lyon auprès de l'évêque Foucaud pour obtenir le corps de Saint Bonnet, évêque de Lyon mort en 707 lors d'un voyage à Rome. En 764, il organise un synode à Volvic où assistera le Roi Pépin. Les reliques resteront à Volvic jusqu'en 848. Les reliques de Saint Austremoine, vénérées à Volvic, gagnent l'abbaye de Mozac la même année.

Le bourg prend de l'importance grâce à l'existence des religieux et à l'installation de grandes maisons nobles : Les Aguins de Volvic 1016, les Théodat de Volvic1080, Les Monlespon, les Culzac, les Bosredon ... Cette notoriété entraine la jalousie d'Issoire et de l'évêché de Clermont. En 1905, le monastère de Volvic devient prieuré de l'abbaye de Mozac, abbaye placée sous la mouvance de la grande abbatiale de Cluny en Bourgogne. Par ce rattachement à Mozac, on peut donc affirmer que le prieuré de Volvic est bien clunisien.

En 1250, Pierre d'Isserpent est prieur à Volvic : en 1252, il devient abbé de Mozac. Ce changement de gouvernance pour le monastère de Volvic n'a pas été fait sans difficulté. Chaque établissement monastique est très jaloux de ses prérogatives ; la proximité des 2 monastères, 5 kms facilitera les relations. Volvic avec Royat et Saint-Germain-des-fossés sera l'un des prieurés les plus importants de Mozac. En 1286, Simon de Beaulieu, archevêque de Bourges visite le prieuré lors de sa journée pastorale. Peu à peu, les relations s'améliorent malgré quelques conflits. De 1459 à 1463, Raymond de Marcenat, abbé de Mozac répare le prieuré. En 1498, Laps de Curieré devient prieur de Volvic. Le 12 juillet 1646, le prieuré accueille l'évêque d'Olonne Jean de Maleau en présence de Joachim d'Estaing, coadjuteur de l'évêque de Clermont. A cette occasion, la fête patronale de Volvic est instituée le dimanche qui suit ou précède le 12 juillet. De 1516 à 1524, Claude Dupral, abbé de Mozac et frère du chancelier A. Dupra, proche du roi François Ier, sera l'initiateur de la réforme dite de la commande. Claude Duprat, abbé de Mozac apaise les esprits et conclut un arrangement à l'amiable en date du 17 juillet 1544. Plusieurs moines et prieurs de Volvic deviendront abbés ou prieurs de l'abbaye de Mozac, une sorte de période probatoire pour ces religieux volvicois.

La ville de Volvic a été dotée de 2 autres paroisses, l'église Saint-Julien qui serait le premier oratoire du Domaine épiscopal, son existante est attestée au VIIe siècle. Ce serait le plus ancien édifice de Volvic ; il y aurait eu un prieuré uni à la mense abbatiale de Mozac.

Cette église fut agrandie au XVè siècle côté Est par une chapelle de style flamboyant? Le curé recevait son traitement de l'abbé de Mozac et des visites pastorales de l'évêque (1641-1784).

Notre-Dame de l'Arc, petite paroisse, était officiellement au XIIe siècle une chapelle annexe de Saint-Priest sous le vocable de Sainte-Marie dépendante de prieuré de Volvic donc de Mozac. En 1165, une bulle signale que cette église est dépendante de Mozac, elle devient église paroissiale au XVè siècle, le curé était nommé par le Seigneur de Bosredon. Ce droit fut contesté par le prieur de Mozac qui engagera un procès qui tourna à son avantage en 1630. L'Abbé de Mozac gardera ce droit jusqu'à la veille de la révolution. Cette dernière entraînera la fin du prieuré de Volvic

Le prieuré est mis en vente (peut-être une vente fictive car le paiement ne sera jamais retrouvé). Le bâtiment sera propriété de la commune laquelle ouvrira une école après 1820.

Le prieuré de Volvic a été le symbole de l'emprise de l'abbaye de Mozac sur l'ancienne ville épiscopale.

Labels

  • Patrimoine historique
  • Ville / Village

Catégories

  • Patrimoine mondial UNESCO
  • Site clunisien

Langues parlées

Situation

  • Altitude : 500 m