Bienvenue à Riom, en PAYS D’ART ET D’HISTOIRE

Capitale des Terres d’Auvergne au XIIIème siècle puis du duché d’Auvergne en 1360, Riom est aujourd’hui une ville de 19 000 habitants. Elle reste un bassin économique distinct de la métropole de Clermont-Ferrand toute proche.

Riom a une identité. Sous-préfecture à 10 mn de la préfecture, elle a su garder une place importante dans le département. La ville affiche une belle dynamique de ses activités commerciales et de son réseau d’entreprises.

La ville recèle des trésors d’architecture tout en bénéficiant d’une situation géographique privilégiée. Elle se love aux pieds des volcans de la Chaîne des Puys, patrimoine UNESCO.

Le sceau de la richesse

Dès son origine, elle est marquée du sceau de la richesse. Riom vient de Ricomagum qui signifiait «le riche marché ». La ville est depuis des siècles à la croisée des chemins des marchands. Elle a su conserver sa richesse à travers les siècles avec une apogée au XVIème, puisqu’elle revient à la couronne de France en 1594. Si elle fut rétrogradée au profit de Clermont au XVIIIème siècle, elle reste une ville de robe (magistrature). La Cour d’appel y demeure aujourd’hui. Plus tard on y frappa la monnaie. Et la vie des communautés religieuse reste prégnante dans son histoire.

Or, donc ? Me direz-vous.

Et bien Riom a reçu de tout ceci un patrimoine architectural exceptionnel en héritage.

Maison des Consuls à Riom

La Maison des Consuls rue de l’Hôtel-de-Ville ©André Hébrard

 

C’est dans le cœur de la ville que l’on s’en émerveille. C’est un cercle presque parfait de 700m d’envergure dont les boulevards de ceinture témoignent des fortifications du XIIIème siècle. Des portes aux quatre points cardinaux, vestiges de cette enceinte, seule celle de Mozac à l’ouest, subsiste remarquablement. On pourra entrer dans ce patrimoine historique par ici.

Rue du Commerce depuis la Tour de l'horloge

Rue du Commerce ©OT Terra Volcana – David Frobert

 

Mais on y arrive le plus souvent par l’une des trois entrées principales du centre ancien : la large rue du Commerce du sud au nord, la rue Saint Amable avec sa basilique du même nom, du centre à l’ouest et la rue de l’Hôtel-de-Ville à l’est. Toutes vous réservent de très belles surprises.

Bien d’autres ruelles mènent au secteur sauvegardé en réalité et il est agréable aussi d’y arriver en flânant par l’une d’elles. Privilégier un stationnement sur les boulevards puis allez à pied, à vélo, trottinette ou gyropode, selon vos envies et votre sens de l’équilibre. Aux entrées principales du cœur historique, des plans vous aideront à vous repérer.

Le centre Riom est entièrement en secteur sauvegardé. Les Monuments Historiques y ont inventorié pas moins de 80 éléments d’architecture. 20 parmi eux sont considérés comme majeurs.

On vous met l’eau à la bouche ?

De nef en clocher

Arrêtons-nous rue Saint-Amable pour visiter la basilique du même nom. C’est autour de cet ensemble que la ville fut fondée par Saint-Amable dont le culte demeure aujourd’hui avec une procession mi-juin. La basilique a conservé une nef de sept travées de son historique roman. Si l’on remarque l’architecture de son chœur gothique, sa façade du XVIIIème la rend imposante. Elle est le plus vaste édifice catholique du Puy-de-Dôme après la cathédrale de Clermont-Ferrand. Sur la place Saint-Jean, qui la borde au sud, se trouvait le baptistère Saint Jean, aujourd’hui demeure privée.

Basilique Saint-Amable à Riom

Basilique Saint-Amable ©G. Fayet/Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme

 

De l’arrière de cette petite place, un bout de la rue Massillon permet de rejoindre la rue Hippolyte Gomot. Cette dernière dégage une atmosphère médiévale de par son étroitesse, ses vieilles échoppes, ses pavés. Au bout de la rue à l’ouest on trouvera la fontaine d’Adam et Eve.

 

Descendez par la ruelle pour passer par le quartier des Tanneries. Une ancienne tannerie se tient encore debout en contrebas de la place Félix Pérol. Il émane un charme particulier de ce quartier calme. Au XVIème siècle, les tanneries sont un peu la spécialité de la ville. On compte 40 ateliers de tanneurs à l’apogée de l’activité. Les cuirs d’ici sont alors réputés et exportés vers Lyon. Aujourd’hui la Maison de l’Artisan et celle d’Antoine Pandu, demeure d’un riche marchand témoignent de cette époque faste.

Continuez par la rue de la Harpe : vous voici quasiment face à l’église du  Notre-Dame du Marthuret, illustration d’une version du style gothique méridional. Entrez pour découvrir l’emblématique Vierge à l’oiseau dans la première chapelle sud. La sculpture est en polychromes : utilisez la minuterie pour en mieux voir ce détail.

Église Notre-Dame du Marthuret à Riom

Église Notre-Dame du Marthuret à Riom

 

En face vous pouvez emprunter la rue du Marthuret jusqu’au Petit bonheur, un café sympathique sur une petite place où les riomois aiment se retrouver.

Là où le cœur bat son plein

A gauche vous remonterez la large rue du Commerce bordée de boutiques qui font le charme et la vitalité commerçante du centre Riom. Une journée shopping à Riom se conjugue parfaitement avec flânerie et découverte architecturale. Vous découvrirez des adresses uniques.

Au coin des Taules, où l’on « boursicotait » au XIIIème siècle sur les étals, vous voici au point central du cœur historique riomois.

En face la rue de l’Horloge affiche son impressionnant alignement de façades du XVIIème en pierre volcanique dans sa partie la plus pentue : celle qui rejoindra plus bas l’escalier et la fontaine de Chazerat au nord. Et non : Riom n’est pas plat ! Mais pour ceux qui auraient des difficultés, restez sur l’axe ouest-est et pas de dénivelé à appréhender.

Rue de l'Horloge à Riom

Rue de l’Horloge ©OT Terra Volcana – David Frobert

 

À droite Rue de l’Hôtel-de-Ville : hôtel particulier Ceriers dont il faut découvrir la cour Renaissance en empruntant le passage central de l’Hôtel de Ville d’aujourd’hui  Dans la cour, la Gallia Victrix et un buste d’Etienne Clémentel, œuvres de Rodin vous y attendent. De même que l’imposant « Baiser de la gloire » en marbre de Carrare qui ne fit pas l’unanimité en son temps et heurta certaines pudeurs. Dans le passage central vous croiserez une plaque en lave émaillée de grandes dimensions. Outre de représenter un artisanat d’art local emblématique, elle reproduit l’une des lettres de Jeanne d’Arc aux riomois, qui fut authentifiée par un cheveu de la pucelle d’Orléans inclus dans le sceau.

Maison à pans de bois à Riom

Maison à pans de bois

 

Le cœur historique affiche majoritairement des façades du XVIII récemment restaurées, en dehors de la dernière maison à pan de bois dont on admirera les colombages et les étages à encorbellements. Mais ce n’est que la partie visible.

Les incontournables

Bien souvent en effet elles masquent des hôtels particuliers des XVIème, XVIIème ou XVIIIème siècles. Un numéro sur cinq dit-on est un hôtel particulier à Riom. Ils sont très majoritairement privés et non accessibles.

Hôtel particulier Guymoneau à Riom

Escalier à vis de l’Hôtel Guyomneau

 

Fort heureusement pour le visiteur certains le sont. Nous avons vu l’Hôtel de Ville, je vous propose maintenant d’entrer au 12 de la rue de l’Horloge. La cour de l’Hôtel Guymoneau s’offre à vous, avec son escalier à vis aux encorbellements et sa galerie ornées de sculptures dont les vertus cardinales en haut relief.

Plus loin, en entrant dans les musées dans le centre de Riom, vous découvrirez d’autres des somptueux hôtels particuliers. Ainsi, l’Hôtel Dufraisse du Cheix est par exemple l’écrin des collections du musée Mandet des beaux-arts. Franchissez son magistrale porche et découvrez la cour d’honneur pavée : vous êtes dans une œuvre ! Le Pas-sage d’Hélène Mugot réalisé en 2011.

Le lieu incontournable lorsque l’on visite Riom est la Tour de l’Horloge. L’accès au sommet est indispensable pour qui peut gravir les 128 marches de l’escalier étroit. Au sommet, vue imprenable à 360° sur le cœur historique, ses toits, rues et ruelles, clochers, et les environs côté plaine de la Limagne ou côté Chaînes des Puys.

 

La Tour est un ancien beffroi auquel le Duc Jean de Berry apporta un jacquemart (aujourd’hui disparu). Les signes monarchiques sculptés sur la façade furent détruits à la Révolution, à l’exception d’un : saurez-vous le trouver ? Réponse au rez-de-chaussée de la Tour, à l’accueil.

Chemin détourné

Au bout de la rue de l’Hôtel-de-Ville, face au délicieux Jardin de la Cour d’appel, empruntez la discrète rue Hellénie. Au bout, vous découvrez sur votre gauche la place de l’Oratoire. Surprise ! Des escaliers vous y attendent pour descendre sur le boulevard Desaix par un passage moins connu. D’ici remontez sur votre gauche pour rejoindre l’esplanade nommée Pré Madame – en souvenir du legs de la marquise de Sénecé – face au Palais de Justice. Ici tournez-vous face au nord pour découvrir le joli panorama sur la grande plaine. Admirez la Chapelle des Rédemptoristines en prolongement,  métamorphosée en écoles des arts (musique et arts plastiques) : une expo peut être ? Elle en accueille régulièrement. Elle indique le début des Jardins de la Culture. Ici nous vous invitons à une halte à la Médiathèque, en terrasse selon la saison. Et pourquoi ne pas vous faire une toile au cinéma Arcadia ?

Riom vous éblouira aussi avec ses galeries d’art et vous enchantera avec ses pâtisseries pour une pause thé ou café durant votre visite. Riom est un musée vivant à ciel ouvert.

À ne pas manquer : le plus important marché du département le samedi matin sous la halle Place de la Fédération (dont la perspective – inachevée – est signée de l’architecte Attiret de Maneville). 70 marchands et producteurs vous y attendent : fromages, volailles, fruits et légumes à volonté !

À faire : pour découvrir au mieux, optez pour une visite guidée avec un conférencier du Pays d’art et d’Histoire2. Ou procurez-vous le Parcours dans Riom (avec le plan du cœur historique) 

(1) se procurer le livret Fontaines riomoises par Les Amis du Vieux Riom (Librairie Le cadran Solaire)

(2) Service animation du patrimoine 04 73 38 99 94 – ou Office de Tourisme (Bureau de Riom) 04 73 38 59 45 – visites toute l’année le mardi à 15h et autres jours et horaires sur les périodes de vacances scolaires ou été. Visites de groupes sur demande auprès de l’Office de Tourisme