Église Saint-Priest

Église Saint-Priest

XIIe siècle Site clunisien

L'église primitive Saint-Priest de Volvic fût fondée au VIIe siècle par Avit II. De cette époque à voir : une croix et un chancel carolingien. Cet édifice est un site clunisien depuis 1095 et classé Monument Historique.

Ouverture

Du 01/05 au 31/10
Ouverture tous les jours de 8h30 à 19h.

Du 01/11 au 30/04
Ouverture tous les jours de 8h30 à 18h.

Tarifs

Gratuit.

Description

L'église est dédiée à Saint Priest, évêque de Clermont, martyrisé à Volvic en 674.
Elle est partiellement romane. Le chœur, le sanctuaire, le déambulatoire, les trois chapelles rayonnantes, l'absidiole nord et une partie du transept sont du XIIème siècle. Ils ont été classés au titre des Monuments Historiques le 22 juin 1903. La nef, les bas-côtés et l'absidiole sud ont fait l'objet d'une reconstruction au 19ème siècle. Ils ont été inscrit au Monuments Historiques par arrêté du 21 mai 2007.

La partie romane de Saint-Priest présente le plan classique des églises d'Auvergne de même style, avec quelques variantes.
Le chœur est étroit et profond car deux travées précèdent le sanctuaire.
Les colonnes sur lesquelles reposent les arcades ouvrant sur le déambulatoire, portent des chapiteaux sculptés sur leurs quatre faces, trois sont historiés, les autres sont à feuillage.
La voûte en berceau du chœur est aussi élevée que l'arcade du transept.
À l'entrée du chœur, deux énormes têtes bouclées servent de culots aux colonnes engagées des piliers du transept. Le chapiteau de l'usurier se situe au sommet de l'une d'elles, celui de l'autre est à feuillage.

Le chapiteau dit de l'usurier : au sommet de l'une des colonnes engagées, sculpté sur 3 faces, ce chapiteau présente, sur la corbeille centrale, le dit usurier maintenu genoux à terre par un homme en bliaud, occupant l'arête droite. Il dispute un lièvre au personnage placé sur l'arête gauche. Une corde entoure le cou de ce dernier, elle longue le tailloir et elle est saisie par l'homme de droite. Côté nef apparaît une tête plate très barbare, dont la signification est obscure. Au-dessous on peut distinguer un trône vide.

Le chapiteau du donateur : une inscription "Incipit donalia sanct Pre(je)cti que fecit Guillemes de Bez() pro anima sua et conj(jugis" (Ici commence la liste, des dons faits à Saint Priest par Guillaume de Bezac pour le salut de son âme et de celle de son épouse.)

Le chapiteau des vertus : sur un fond de godrons (cannelures en relief) se détachent quatre personnages :
- Temperentia (la tempérance) un jeune chevalier, tête nue, est vêtu d'un haubert. il porte une lance dans la main droite et pose la main gauche sur un bouclier
- Fortutido (la force), ce personnage âgé tient en main le livre de la sagesse, la tranche dirigée vers le haut
- Umilitas ( l'humilité, un homme jeune avec son épée levée et son poignard s'inspire du combat armé des vertus contre les vices
- Justicia (la justice), reconnaissable à sa balance.
Les chapiteaux romans sont en calcaire de Glénat Chaptuzat.

Le chapiteau des Évangélistes, le thème des anges est fréquemment utilisé dans l'art roman auvergnat, mais celui des quatre anges évangélistes est unique en France. Leurs noms figurent sur les phylactères (banderoles) qu'ils tiennent en main : Mateus, Marcus, Iohannes et Lucas.

Les chapiteaux à feuillage du chœur : ils reproduisent les corbeilles corinthiennes. Ils sont ornés de feuilles d'acanthe, de pommes de pin, d'entrelacs, de fleurs épanouies. des têtes surgissent parfois de ce décor : personnage âgé et barbu, fin visage voilé.

Les chapiteaux du déambulatoire (noter que la visite s'effectue du sud au nord), dans la galerie sud, on trouve successivement : des sirènes relevant leurs nageoires terminées par des rinceaux d'acanthe, des têtes ressemblant à des masques, des porteurs de brebis, des échassiers adossés ou affrontés, deux centaures.
Dans la galerie nord, on peut voir des griffons, des aigles, des décors végétaux.

Grille du XIIIème siècle en fer forgé façonné à la main. Elle est classée au titre des Monuments Historiques.

Chapelle axiale : châsse de Saint Priest, gisant en pierre blanche du sculpteur Gournier (1887)

Dalles carolingiennes : vestiges de l'église précédente, elles sont scellées dans le mur du déambulatoire. L'une d'elle semble avoir servi de table d'autel, la seconde présente la croix la plus ancienne d'Auvergne. Tout à côté, le Trésor expose des objets de culte et une croix du XVè siècle.

Les vitraux de l'église : à l'exception du vitrail de l'absidiole sud, tous les vitraux de cette église ont été mis en place de 1872 à 1888. Ils sont figuratifs dans la nef, les bas-côtés, le déambulatoire et au-dessus du sanctuaire et simplement décoratifs dans les baies supérieures. Les vitraux de la chapelle axiale sont néo-romans. À la manière du XIIè siècle, ils racontent la naissance, la vie, les œuvres, les miracles et la mort de Saint Priest.

Les statues et sculptures :
- Saint Verny, 18è en bois polychrome, est le patron des vignerons
- Saint Sébastien, 18è en bois peint est le patron des archers
- Notre Dame de l'Arc, en calcaire polychrome, elle date du XIVè. L'arc et la flèche autrefois aux pieds de la statue ont disparu. Thème de la Sainte Conversation : Marie demande à son Fils de sauver l'humanité représentée par l'oiseau blessé.
- Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus, moulage d'édition en plâtre de Raoul Mabru (1925)
- Notre-Dame de la Garde, statue en bois doré, sculptée en 1869, offerte par les mères et les femmes des soldats partant pour la guerre pour les mettre sous la protection de Marie (absidiole orientée sud)
- Tête de Christ crucifié : lave très dure en ronde bosse, 50 cm, œuvre de l'artiste volvicois Fernand Auteroche, 1972
- Fonts baptismaux réalisés en lave très fine par René Fontanel en 1959 sur un plan d'étude de Fernand Auteroche.

Les chapiteaux historiés de la nef, 19è en lave, situés au bas de l'église, côté sud, représentent une Annonciation, sur la droite et une Crucifixion sur la gauche. Le voleur de raisin, un peu plus haut, à droite, a été inspiré par un chapiteau de Mozac.

La composition du chevet est pyramidale. La partie haute des toits des chapelles et de l'abside s'appuient sur des frontons triangulaires portant des croix de chevet cruciformes à feuillage. Un cordon de billettes, une corniche supportée par des modillons à copeaux, un décor de motifs géométriques ou floraux entre le cordon de billette et la corniche sont les éléments décoratifs classiques de l'art roman.
L'absidiole sud, n'étant pas romane, n'a pas le même décor. Toutefois, une double nervure de pierre souligne la baie, mais aucun autre motif ne l'agrémente.

Conditions de visites

  • Complément visite : Dépliant à l'entrée de l'Eglise pour la visite.
  • Visites individuelles : visites individuelles libres en permanence

Confort & services

  • Parking à proximité
  • Visites gratuites

Labels

  • Patrimoine religieux
  • Eglise

Catégories

  • XIIe siècle
  • Site clunisien

Langues parlées

Situation

  • Environnement : centre ville, en ville, arrêt de transport en commun à moins de 500 m, itinéraire g.r. à moins d'1 km, arrêt de bus à moins de 500 m
  • Altitude : 510 m